Antonin le Pieux: une différence de taille

tetesAntonin

Voici deux portraits d’Antonin le Pieux présents au Musée Saint-Raymond. L’un a été trouvé à Chiragan, l’autre à Béziers. Si le premier respecte le classicisme romain à la perfection, le second semble être une œuvre de barbare brute et rustique. De manière plus polie, Paul Zanker, spécialiste du portrait romain en Allemagne, définit le second portrait comme «provincial». Cependant Jean-Charles Balty, spécialiste du portrait en France, argumente dans le sens contraire de Zanker. Alors, œuvre d’un atelier barbare ou d’un atelier romain?

Le portrait de l’empereur au centimètre près

Les têtes et bustes d’empereurs sont des portraits officiels réalisés dans les ateliers romains et diffusés un peu partout dans l’empire, un peu comme la photo officielle de notre président que l’on retrouve dans les mairies. Ces portraits, exposés sur les places publiques, étaient peints de couleurs vives, que la pluie et le soleil devaient atténuer avec le temps.

Une fois conçus dans des ateliers situés proches du palais impérial, les modèles sont reproduits en séries comme en témoigne la « verrue » qu’on voit à l’arrière du buste de Chiragan. Les verrues sont des boursouflures provoquées par le compas qui permet d’effectuer des mesures au centimètre près et rester parfaitement fidèle au modèle d’origine. Ces marques sont généralement effacées au moment du polissage mais il arrive comme ici qu’on les voit encore.

Le buste de Béziers: une copie grossière?

Si les ateliers de sculpture impériaux suivaient des normes de fabrication aussi rigoureuses, le buste de Béziers ne pouvait donc pas en sortir: les boucles de l’Antonin de Chiragan sont finement ciselées alors que l’Antonin de Béziers a une masse chevelue grossière et une barbe à peine esquissée. En plus, ses yeux sont trop gros par rapport au modèle officiel et son cou est énorme.

Pourtant l’analyse du marbre a révélé qu’il vient de Carrare et non pas des Pyrénées comme on l’a longtemps présupposé. C’est un marbre gris, très recherché à l’époque. Il ne s’agit pas d’un portrait provincial puisque la matière première vient bien d’Italie.

Les deux têtes suivent le même modèle, le même urbild.1 Les caractéristiques de ce portrait officiel d’Antonin le Pieux sont : les yeux enfoncés dans les orbites, pas de pupilles gravées, les mèches formant une « pince » en haut du front. L’attitude et sereine. Antonin porte la barbe mise à la mode par son prédécesseur, Hadrien.

La différence de proportions des yeux s’explique par leur différence de taille. La tête de Béziers est colossale alors que celle de Chiragan est plus ou moins à échelle réelle.

illustration-représentation-antonin-s

On peut voir avec les goulots du cou que les deux têtes s’encastraient dans des statues en pied. Vu le poids de la tête, la statue de Béziers devait être acrolite, c’est-à-dire faite de différents matériaux avec seulement la tête, les mains et les pieds en pierre. Elle était aussi très haute, et la grosseur des yeux serait un effet de perspective pour compenser l’éloignement du spectateur.

Œuvre à moitié terminée, œuvre exceptionnelle

Le portrait n‘est tout simplement pas fini. Le cou est large parce qu’il n’a pas encore été taillé, comme la barbe et les cheveux. Il a été abandonné inachevé. Pourquoi? On voit à l’arrière qu’il y a eu un accident pendant la taille. Une partie du marbre a sauté, ce qui allait poser des problèmes de proportions. Ils ont donc laissé tomber ce portrait raté pour probablement en recommencer un autre.

Le fait que le portrait ne soit pas fini permet de comprendre les étapes de la taille. Il nous donne des informations précieuses sur les techniques et outils. On voit en effet que le visage est déjà fini et lissé, que la barbe est dégrossie par de petites incisions à la gradine.2 et que les cheveux sont en volume pour pouvoir creuser les boucles au trépan.3 Il devait y avoir plusieurs mains sur un même portrait, différentes personnes s’occupaient du visage, de la chevelure, de la barbe. Mais alors une nouvelle question se pose. Si cette tête provient d’un atelier romain et non barbare, cela voudrait-il dire que les sculpteurs romains se déplaçaient à travers l’Empire?

 

 

SOURCE:
Visite-conférence de Pascal Capus au MSR le dimanche 5 juillet

  1. en allemand, modèle d’origine
  2. La gradine est un outil utilisé pour la taille de la pierre qui sert à dégrossir les parements en pierre ferme telle que le marbre
  3. Outil dont se servent les sculpteurs pour faire des trous dans la pierre, le marbre ou le bois
This entry was posted in Art, Dossiers, la dynastie des Antonins, les empereurs. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *