Agalmatorémaphobie

A l’occasion d’un projet sur le thème de la phobie, j’ai découvert la phobie des statues qui parlent: l’agalmatorémaphobie.

J’ai choisi de faire une animation et je souhaitais voir la réaction des spectateurs face à une statue qui parle. J’ai choisi de faire un projet insitu, c’est à dire un projet dans un lieu créé pour le lieu. J’ai choisi deux statues du musée Saint Raymond. Au troisième étage, il y a des bustes disposés en demi-cercle, ce qui est parfait pour un débat.

J’ai choisi Postumus représenté enfant. Il a eu une mort tragique, sûrement assassiné par Tibère qui l’aurait tué pour le pouvoir. Ensuite, Tibère, empereur romain. Ce qui m’a amené à faire un dialogue entre eux deux, c’est qu’ils étaient frères adoptés le même jour.

Le texte est un mélange de fiction et de discours historique. Si le discours de Postumus est fictif, le texte de Tibère est un discours réel. Il traite du problème de la mémoire. Il refuse le titre de « Père de la Patrie » car il sait qu’il ne mérite pas ce titre.

« Oui, je suis mortel, Pères conscrits, s’exclama-t-il un jour aux Sénateurs médusés, et les devoirs dont je m’acquitte sont ceux d’un homme ; il me suffit d’occuper le premier rang ; de cela je vous prends à témoin et je veux que la postérité se souvienne ; elle rendra à ma mémoire un hommage assez et même trop éclatant, si elle croit que j’ai été digne de mes ancêtres, attentif à vos intérêts, constant dans les périls, intrépide contre les rancunes, quand il s’agissait de l’intérêt public. Mes temples sont dans vos cœurs comme mes statues les plus belles et les plus durables. En effet, les monuments de marbre sont dédaignés à l’égal des tombeaux quand le jugement de la postérité les a rendus odieux. Je supplie donc nos alliés, mes concitoyens et les dieux mêmes, ceux-ci de m’accorder jusqu’à la fin de ma vie la paix de l’âme et l’intelligence des lois divines et humaines, ceux-là d’honorer, quand j’aurai quitté la terre, mes travaux et mon nom de leurs louanges et de leurs bons souvenirs « 

Voici une vidéo du travail insitu.

This entry was posted in Art. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *